Kiss me Kate

Posté le Dimanche 6 mars 2016

Papier et acrylique  Copyright Olivier Coulon
Papier et acrylique
Copyright Olivier Coulon

Comme tous les enfants des années 70, j’ai voulu trancher cette question existentielle : quelle était ma Drôle de Dame préférée.

L’évidence me poussait d’emblée vers la brune Kelly Garrett, comme la plupart des français. Puis, à l’adolescence, mes préférences ont tourné au blond, hésitant entre les deux sœurs Munroe, l’originale au brushing sauvage de renommée planétaire ou sa cadette version Barbie malibu. En revanche, je refusais tout net de prendre en considération les remplaçantes, peu convaincantes, des saisons suivantes…

Tiens, mais c’est sans doute là que se trouve la réponse : si j’admettais que l’icône Farrah Fawcett soit remplacée, mon intérêt pour la série n’a, en revanche, jamais survécu au départ de Kate Jackson / Sabrina Duncan…

Et si c’était tout simplement elle « l’âme » de la série…

oliviercoulon @ 19 h 21 min
Enregistré dans Non classé
and then there’s… Beatrice Arthur

Posté le Dimanche 7 février 2016

Si la sitcom « Maguy » a marqué la mémoire télévisuelle des français durant les années 80, peu savent qu’il s’agit en réalité de l’adaptation d’une sitcom américaine culte : « Maude ». Les premiers épisodes sont carrément des copiés-collés de la version originale.

Or, si « Maguy » était divertissante et amusante, « Maude » en revanche était franchement drôle, voire hilarante. Personnage inventé à la dernière minute par le talentueux Norman Lear pour compenser l’absence de l’une des actrices principales de la sitcom « All in the family », Maude kidnappe le public dès sa première apparition… au point que les producteurs lui offrent immédiatement sa propre série. L’amérique entière regardera « Maude » toutes les semaines de 1972 à 1978 aborder des sujets de société polémiques (l’avortement notamment) avec humour mais sans éluder les questions de fond

Il faut dire que le succès de « Maude » reposait avant tout sur la rencontre entre les mots de Norman Lear et une actrice au talent jusqu’alors insuffisamment exploité : Beatrice Arthur.

Véritable génie comique, Beatrice Arthur pouvait, avec une économie de moyens, faire passer une multitude d’émotions. Ses regards, ses mimiques et beaucoup de ses répliques, que ce soit dans « Maude » ou une décennie plus tard dans les cultissimmes « Golden Girls », ont fait d’elle une véritable icône de la culture télévisuelle américaine.

Comment la France a-t-elle pu passer à côté de cette formidable actrice ? Peut-être étions-nous trop occupés à regarder sa doublure, certes talentueuse mais malgré tout édulcorée,  pour faire sa connaissance…

God will get us for that.

papier et acrylique © Olivier Coulon

papier et acrylique
© Olivier Coulon

oliviercoulon @ 19 h 16 min
Enregistré dans Non classé
full circle

Posté le Samedi 23 janvier 2016

loin d'ici TITRE

1984. Sheila, alors à la recherche de nouveaux sons et de nouveaux mots, chante ce qui restera l’une de ses plus belles cartes de visite : »emmenez-moi », superbe chanson qu’elle termine par un « loin d’ici… », le regard bleu acier perdu sur un horizon prometteur.

La même année, tout juste sorti d’une longue dépression, Michel Delpech retrouve progressivement le chemin du succès et enregistre la chanson « loin d’ici » qui raconte les états d’âmes d’un taxi driver, amoureux d’une cliente qu’il ne reverra pourtant jamais.

2016. Conformément aux dernières volontés du chanteur récemment disparu, Sheila la fidèle chante le temps d’une soirée la chanson de son ami, « loin d’ici », comme une réponse à son « emmenez-moi » fétiche…

Une boucle est bouclée.

oliviercoulon @ 20 h 21 min
Enregistré dans Non classé
20 secondes d’éternité

Posté le Vendredi 22 janvier 2016

Papier et acrylique  Copyright Olivier Coulon

Papier et acrylique
Copyright Olivier Coulon

Les réseaux sociaux s’affolent et relaient en boucle cet événement manifestement planétaire : le groupe ABBA s’est reconstitué!

L’on imagine aisément l’émoi des fans de la première heure comme celui des nouveaux convertis. Mais les espoirs d’album, de tournée ou même de prestation one shot dans un show télé seront vite déçus : le groupe mythique ne s’est reconstitué que pour 20 petites secondes et, qui plus est, pour l’inauguration d’un restaurant inspiré de la comédie musicale elle-même inspirée des succès dudit groupe. Le doute n’est plus permis : les membres du groupe ABBA sont des « stars », puisque désormais leur présence quasi subliminale se commente au même titre que le passage de la comète de Haley. Et le mythe se nourrit de sa légende, s’inspirant des réalisations qu’il a lui-même inspirées. Un bel exemple de comportement éco-responsable qui ferait pâlir l’écologiste le plus convaincu.
Seul Alex Taylor traite le sujet avec le recul et l’humour qui lui sont propres dans sa chronique matinale sur Europe 1.
Certes, au tout début des années 90, la présence de Patrick Bruel dans une pizzeria avait rendu les Champs-Élysées, qui en avaient pourtant vu d’autres, hystériques et les médias l’avaient alors copieusement relayé. Mais l’on imagine aujourd’hui difficilement les journaux télévisés ouvrir leur édition du soir en annonçant « cela n’était pas arrivé depuis 30 ans, Johnny Hallyday et Sylvie Vartan se sont croisés pendant 30 secondes au restaurant chinois. Plus de détails dans nos prochaines éditions ».
La disparition d’Edmonde Charles Roux, femme de lettre remarquable, sera quant à elle passée presque inaperçue. Il est vrai que ce mois de janvier 2016 est assassin et que les nécrologies se bousculent. La rédaction de Paris Match ne doit plus savoir où donner de la tête… A moins que les photos prises pendant les 20 secondes de cette réunion éclair soient suffisamment bonnes pour faire une couverture…
Money money money…
oliviercoulon @ 14 h 08 min
Enregistré dans Non classé
Paris carte postale

Posté le Mercredi 20 janvier 2016

Notre Dame, Paris, janvier 2016 Copyright Olivier Coulon

Notre Dame, Paris, janvier 2016
Copyright Olivier Coulon

12:31. Si je ne traîne pas trop, je n’aurais que 5 minutes de retard à mon déjeuner. Tiens, oui, en coupant par Notre Dame pour rejoindre l’hôtel de ville, je devrais encore gagner quelques secondes. Comme tous les parisiens pressé, je marche d’un bon pas vers le café Vito où un ami m’attend. Mais comment ne pas s’arrêter devant ce spectacle de l’envol d’une nuée d´oiseaux au pied de Notre Dame, dont la silhouette se dessine avec précision dans la lumière pure du soleil blanc de janvier ?

23 ans d´intimité avec la plus belle ville du monde n’auront pas fait de moi un parisien blasé tant je me surprends encore à m’émerveiller devant ce Paris carte postale.

oliviercoulon @ 15 h 05 min
Enregistré dans Non classé
La vie en rose

Posté le Dimanche 17 janvier 2016

papier et acrylique © Olivier Coulon

papier et acrylique
© Olivier Coulon

Je voudrais dire la modernité et la fraîcheur de cette Dalida 1963.  Tout le monde se souvient de la blonde lumière aux robes de sirènes, de la brune pulpeuse digne héritière des Rita Hayworth ou autres Ava Gardner. Mais l’on évoque rarement les 30 ans flamboyant de Dalida. Cette dernière négocie alors un tournant risqué dans sa jeune carrière, résistant du mieux qu’elle peut à cette vague « yéyé » dont les meilleurs représentants seront parmi ses plus fidèles supporters. Après un mariage de devoir, forcément voué à l’échec, la jeune femme s’affiche heureuse et glamour au bras d’un jeune peintre aux yeux bleus. San Remo n’a pas encore détruit ses rêves et, pour la première fois, Dalida semble vivre dans le rose et l’insouciance. Son maquillage, sa coiffure et la plupart de ses tenues d’alors restent encore aujourd’hui d’une modernité et d’un glamour incontestable que pourraient lui envier bien des créateurs de prêt à porter.

Elle aurait eu 83 ans aujourd’hui.

oliviercoulon @ 18 h 52 min
Enregistré dans Non classé
Pendant que sa voix passe…

Posté le Vendredi 15 janvier 2016

Avec cette silhouette sculptée, identifiable même de dos, ce port de reine que seules les femmes qui ont pratiqué la danse dès leur plus jeune âge ont, le teint lisse et bronzé, les cheveux blonds miel, elle déambule, sobre, grave et élégante, dans cette église d’autant plus froide qu’on y sonne le glas.
Et je me surprends à penser que, oui, Sheila est « solide » et cette vision suffit à me réchauffer le cœur.

Papier et acrylique
image

Copyright Olivier Coulon

oliviercoulon @ 13 h 40 min
Enregistré dans Non classé
Someone said « golden globe »?

Posté le Vendredi 15 janvier 2016

Papier et acrylic - 2015

Papier et acrylic – 2015
© Olivier Coulon
d’après la mini série « show me a hero » © HBO

1993, Nick Wasicsko, après avoir été le plus jeune maire de la ville de Yonkers dans l’état de New York, voit son parcours politique dans une impasse. Sacrifié par son parti pour appliquer une loi impopulaire et éviter la faillite de la ville étranglée par un juge zélé, Nick, lâché par toute son équipe et ses amis, a perdu deux élections consécutives. Il le sait, il est fini. Intègre et honnête, il ne peut supporter que ceux qui l’ont déjà trahi cherchent également à détruire sa réputation en laissant peser sur lui des soupçons infondés de corruption. Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.
Ce 29 octobre 1993, jour d’élections, pour la première fois il n’est pas candidat.
Acculé, détruit, humilié, Nick Wasicsko se donne la mort devant la tombe de son père, à l’abri du regard de ceux qui l’ont piétiné.
22 ans plus tard, HBO le ressuscite sous les traits de l’excellent Oscar Isaac qui lui redonne son humanité et lui rend justice dans une mini série qui porte le titre « show me a hero ».
Saisissant !

Papier et acrylic
Copyright Olivier Coulon

oliviercoulon @ 13 h 24 min
Enregistré dans Non classé
Loin d’ici

Posté le Vendredi 15 janvier 2016

Je l’avais si souvent suivi, notamment cet été 1997 où nous nous croisions régulièrement dans ce Paris désert, lui en pleine promotion de son album « le roi de rien », moi en stage d’été chez un ami attaché de presse. J’avais pris cette photo devant l’entrée des artistes du Casino de Paris. Nous avions fini par ébaucher une relation un peu en marge, lui archivant les dessins que je lui transmettais pour le faire rire, moi collectionnant les petits gestes de sympathie, comme ces prunes de chez fauchon dont j’ai, c’est mon côté midinette, conservé l’emballage… Mais mon plus beau souvenir restera ce jour de printemps en proche banlieue parisienne, où, fendant la foule pour me serrer la main, il me lança « Ah ! Mon dessinateur préféré… ». Je n’ai pas la prétention de croire que j’ai pu réellement avoir cette préférence mais c’est ce que j’avais besoin d’entendre à ce moment là.

Septembre 1997, Michel Delpech viens d'arriver au Casino de Paris où il se produira le soir même. Il s'apprête à rejoindre sa famille installée dans la brasserie la plus proche. Il fait beau en ce samedi après-midi. C'est sans doute pour cela que nous n'étions que deux à l'attendre. Humain et bienveillant, il était de ces hommes qui prennent le temps de vous serrer la main et vous regardait droit dans les yeux quand il vous parlait.

Septembre 1997, Michel Delpech viens d’arriver au Casino de Paris où il se produira le soir même. Il s’apprête à rejoindre sa famille installée dans la brasserie la plus proche. Il fait beau en ce samedi après-midi. C’est sans doute pour cela que nous n’étions que deux à l’attendre. Humain et bienveillant, il était de ces hommes qui prennent le temps de vous serrer la main et vous regardait droit dans les yeux quand il vous parlait.

Merci…

 

oliviercoulon @ 10 h 33 min
Enregistré dans Non classé
Bonjour tout le monde !

Posté le Jeudi 14 janvier 2016

Bienvenue sur unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Éditez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par e-mail à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

oliviercoulon @ 12 h 03 min
Enregistré dans Non classé